AstroGAS

21 July 2004

L'ESO s'agrandit
La Finlande est devenue le 11e membre de l'ESO.
http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-18-04.html

REFLEX
Le projet REFLEX s'est penché pendant 12 ans sur les structures géantes de l'Univers, les amas de galaxies. Des candidats-amas furent tout d'abord repérés avec l'observatoire X ROSAT (car 1/5 de la masse de ces amas se trouve sous la forme de gaz très chaud, facilement repérable en X), puis leur distance fut déterminée grâce à des observations obtenues avec les télescopes européens de La Silla. Aujourd'hui, l'équipe de REFLEX dévoile un catalogue de 447 amas dont plus de la moitie étaient inconnus avant cette etude. Les caractéristiques de ces amas ont aussi été étudiées en détail, notamment la
présence de matière sombre, ce qui permet de contraindre de façon indépendante les paramètres cosmologiques.
http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-15-04.html

Massives ou pas : même combat !
Les étoiles massives se formeraient de la m^eme façon que leurs consoeurs moins massives (comme le Soleil, par exemple), en accumulant de la masse à partir du disque de matière qui les entourent. Pour la première fois, un tel disque a en effet pu être observé autour d'une étoile assez massive, environ 20 masses solaires. Ce disque, d'une taille de 20 000 UA (soit 20 000 fois la distance entre la Terre et le Soleil) est le plus grand disque circumstellaire connu.
http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-12-04.html

Trous noirs galactiques
On pense que les galaxies contiennent un trou noir massif en leur centre et que ce trou noir est entouré d'un tore de matière dont il se nourrit. Des observations de la galaxie spirale NGC1068 confirment une nouvelle fois cette théorie et prouvent qu'il est aujourd'hui possible d'étudier l'environnement immédiat du trou noir grâce aux derniers développements techniques.
Mais certaines de ces trous noirs sont plus gloutons que d'autres et leurs galaxies-hôtes sont alors baptisées "galaxies actives" (AGN).
Ces AGN sont généralement séparées en deux types : type 1 (on voit le trou noir et le tore "du dessus") et type 2 (on voit le trou noir et le tore "par la tranche").
Ces derniers sont évidemment plus difficiles à observer car le tore bloque une partie de la lumière en provenance des abords immédiats du trou noir. En utilisant l'Observatoire Astrophysique Virtuel (un outil électronique donnant accès à toutes les données astronomiques existantes), des astronomes européens ont néanmoins réussi à découvrir 66 nouveaux candidats AGN de type 2 dont 30 quasars obscurcis accueillant en leur sein des trous noirs supermassifs.
D'autre part, les observatoires spatiaux européens Integral et XMM-Newton ont observé les abords d'une autre galaxie active de type 2, NGC 4388, et ces observations ont permis d'étudier les relations complexes entre lumière et matière dans cet environnement infernal.



http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-10-04.html
http://www.spacetelescope.org/news/html/heic0409.html
http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2004/pr-14-04.html
http://www.esa.int/esaSC/Pr_16_2004_s_en.html
16:12:00 - Dominique - Catégorie : AstroNews - Imprimer-Print
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 10 - Evaluation : 0.70

Veuillez évaluer cet article :
10 


Téthys : La déesse de la Mer
Au moyen de sa caméra à champ restreint, Cassini a capturé un croissant de Téthys, une des lunes de Saturne, le 03 Juillet 2004. Téthys a un diamètre de 1.060 kilomètres.
Les images de Voyager ont montré une grande rupture sur Téthys longue d'environ 750 kilomètres (non visible dans cette vue). Cassini étudiera celle-ci et d'autres caractéristiques sur Téthys au cours des deux survols prévus, le premier étant programmé pour le 24 Septembre 2005. Téthys est de 1.060 kilomètres de diamètre.
L'image a été prise en lumière visible depuis une distance de 1,7 millions de kilomètres de Téthys. La résolution de l'image est de 10 kilomètres par pixel.


http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05420

Rhéa en croissant
Le premier satellite artificiel dans le système saturnien, le vaisseau spatial Cassini, a retourné des images des lunes naturelles après une insertion réussie en orbite autour de Saturne.
Avec un diamètre de 1.528 kilomètres, Rhéa est par sa taille la seconde plus grande lune de Saturne. Le vaisseau spatial Voyager a constaté que comme Dioné, Rhéa a un de ses hémisphères recouvert de stries fines et lumineuses qui pourraient être de l'eau gelée.
Cette vue montre une surface fortement cratérisée, en conséquence probablement très ancienne. Plusieurs cratères visibles ici ont des crêtes centrales.
Cassini recherchera bientôt des indices pour aider à résoudre l'histoire géologique des lunes. Le vaisseau spatial doit survoler Rhéa à une distance de seulement 500 kilomètres le 26 Novembre 2005.
L'image a été prise en lumière visible avec la caméra à champ restreint de Cassini le 02 Juillet 2004 depuis une distance d'environ 990.000 kilomètres de Rhéa. La résolution de l'image est de 6 kilomètres par pixel.


http://photojournal.jpl.nasa.gov/catalog/PIA05419
10:46:00 - Dominique - Catégorie : AstroNews - Imprimer-Print
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 6 - Evaluation : 1.17

Veuillez évaluer cet article :
10