AstroGAS

12/15/08

On a « entendu » les Géminides
Malgré un froid de canard, une petite dizaine d’observateurs s’étaient donnés rendez-vous au terrain le vendredi 13 décembre dans l’espoir d’apercevoir quelques belles étoiles filantes de l’essaim des Géminides (qui comme leur nom l’indique, proviennent de la constellations des Gémeaux) et dont le maximum avait lieu cette nuit là. Malheureusement la Pleine Lune puis des nuages gâcheront le spectacle pour l’observation visuelle. Seuls ceux arrivés les premiers sur le site verront quelques trainées brillantes si caractéristiques.
Et pourtant cette soirée restera dans les annales du GAS !

En effet, suite à l’exposé de Pierre Ernotte du 5 décembre ayant trait à la détection des météores en onde radio (son exposé est disponible sur notre site internet), une idée qui murissait depuis plus d’un an au GAS, a enfin pu voir le jour grâce aux compétences techniques d’un de nos membres, Claudy Haid. Claudy est en effet aussi radioamateur depuis son enfance (il est tombé dedans comme Obélix dans la marmite de potion magique) et deux jours après l’exposé de Pierre, il avait déjà construit une imposante antenne Yagi de 3 mètres d’envergure et, les oreilles collées à son casque, il captait ses premiers météores…



Un plaisir qu’il nous a donc fait partager ce vendredi 13 depuis le terrain de Spa la Géronstère, au nez et à la barbe de la Lune et des nuages ! Après un montage rapidement mené, il n’aura pas fallu plus de 30 secondes pour que parmi les « crachouillis » du récepteur, calé sur l’onde porteuse à 49.990 Mhz émise depuis Ypres (voir exposé de Pierre), le joli bruit très caractéristique « pppuuuiiiiouuiouiouii » du passage d’un météore se fasse entendre. Et on en a compté 54 entre 22h55 et 23h20, soit environ 2 à la minute ! Un bien meilleur score que pour les observations visuelles !
Le ciel étant complètement couvert vers 23h30 et les observateurs ne pouvant plus supporter le froid, nous avons remonté l’antenne sur son pied télescopique devant le local (au grand étonnement des passants), passé les câbles par la fenêtre à l’étage, installé le récepteur dans le local, puis nous avons branché les ordinateurs et les haut-parleurs pour de nouveaux tests. Après une demi heure pour la configuration des programmes on enregistrait de façon automatique jusque 2h du matin les « échos » (en format son .wav et en images .jpeg) avec un software étonnant, SpectrumLab. On reparlera de ces observations prochainement mais vous désirez en apprendre un peu plus sur cette technique, je vous invite à lire, à la suite de l’exposé de Pierre, l’article suivant, réalisé par un spécialiste Français de la discipline.



Emmanuel Jehin


Article posté à  11:32:00, le 12/15/08 par ejehin - Catégorie : Vie du Club


Total des votes : 295 - Evaluation : 9.75

Veuillez évaluer cet article :
10