AstroGAS

01 April 2022

GAS Monopole, observatoire remote
Voici une belle opportunité saisie!
Nous somme à Tenerife, à 2200m d'altitude, sur le Teide, le volcan éteint, à quelques kilomètres des télescopes professionnels du Teide.
Voici un bâti abandonné, qui nous attend.
Le covid étant presque derrière nous, nous avons décidé d'y établir l'observatoire remote du GAS.

Voici la vue arrière, avec une place pavée tout confort. Place à volonté pour vos télescopes en mode nomade.
Il y aura 2 modes de fonctionnement :
1° Remote, à partir du local du GAS
2° Séjour pour les membres du GAS

GAS Monopole



Du lieu, nous avons la vue sur le volcan du Teide qui culmine à 3000m.
Le petit bâtiment à gauche sert de logement.
C'est un peu spartiate à l'intérieur, l'eau vient par camions payants (Il fait particulièrement sec là haut), les douches rationnées, toilettes sèches, etc.
Mais on y va pour bosser.

Logement



Il s'agit d'ailleurs du premier observatoire remote étranger à exploitation par un club astro. Les autres observatoires « privés » sont des attrapes-touristes.
L'accès au site du volcan est assez réglementé; nous sommes les seuls à avoir ce privilège.
Aussi l'avons-nous appelé: GAS Monopole

Il y a bien eu quelques difficultés administratives.
Mais quand il s'agit de promouvoir le tourisme, et d'atteindre un "autre public" en phase avec les activités locales, tout s'arrange.
Olé!

Les séjours sur le plateau du volcan sont forts réglementés, mais la solution consiste à la mise en place de licences.
Officiellement, il ne s'agit pas d'un logement mais d'un accès privilégié au ciel.
Les observateurs auront une licence pour observer.
Il faudra passer un permis d’observer, un peu comme on passe un permis de chasse, et payer une taxe d’accès au ciel pur.

Je vous laisse encore admirer le paysage arrière.

Arrière



Nous vous attendons tous sous de nouveaux cieux.

Alexandre, pour
GAS Monopole
00:01:00 - Alexandre - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 6 - Evaluation : 8.33

Veuillez évaluer cet article :
10 


07 March 2022

Un ancien casque trouvé dans la fosse
Vendredi soir, la météo m'a enfin permis de faire une vraie sortie sous un ciel correct et de tester mon nouveau Dobson 350 ultraléger "maison".

Après plusieurs échanges de mail sur notre liste de distribution, Bastien Thevissen et Benjamin Thise ont été observer sur le terrain, accueillis par Didier Vothy.

Moi, je me suis rendu à la Fosse où j'ai été accueilli par Jean-Luc Merlot et Pierre Ponsart (de la SAL). Vincent Lemoine nous a ensuite rejoint.

Sur place, nous étions sept observateurs : Trois photographes et quatre visuels.

Le ciel était plus que correct et nous avons mesuré un SQM à 21.2 ce qui est remarquable ... pour la Belgique.

Dans l'ensemble, je suis content du comportement du nouveau Dob, j'ai pointé beaucoup de cibles relativement classiques de natures diverses (M31, 32 et 101, fantôme de Mirach, M42, esquimaux, rosette, variable de Hubble, casque de Thor, trio du Lion, galaxie du cocon, M52, M101, diverses galaxies de la vierge, œil noir et aiguille dans la chevelure de bérénice , galaxies des antennes,...).

Les images étaient très belles et la collimation n'a pas bougé. Par contre, la structure du Dob manque de rigidité et induit une élasticité gênante lors des petits déplacements pour suivre l'objet. J'essayerai d'améliorer cela ....

Un petit schéma du casque de Thor tel que perçu avec un grossissement de 180x et un filtre OIII.

null



Pour comparer, une photo du casque sur Wikipedia:

null



18:52:24 - Yves - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 7 - Evaluation : 8.57

Veuillez évaluer cet article :
10 


16 October 2021

Nuit de l'Obscurité à Botrange
Ce samedi 16 octobre, le GAS a participé à la Nuit de l'Obscurité à Botrange.
Belle organisation de la part de l'asbl la Besace de Liège et du centre Nature, avec une dizaine de tentes et autant d'associations diverses concernées par la pollution lumineuse et la vie nocturne de la nature.
Nous avons installé la Lunette et le Newton du club dans une des tentes avec la SAL (Dobson 200) et à côté du stand de Véga et Raoul Lannoy (avec un Nextar 6).



Un grand espace exposition à l'intérieur (expo photos, espace, pollution lumineuse, animaux etc.), des petites présentations à intervalles régulier, et animations pour les enfants et toute l'infrastructure du centre mise à disposition pour l'évènement (petit resto et bar) et une partie pour les exposants avec tickets repas et boissons. Pour les exposants et animateurs, possibilité de loger sur place dans un gîte.
Nous avons apporté et installé l'exposition du GAS sur la pollution lumineuse.

Malheureusement avec la météo assez pourrie de l'après-midi, il y a eu peu de monde entre 16h et 19h. Le public est alors arrivé pour les balades contées et le ciel a commencé à s'ouvrir vers 20h30 et nous avons pu observer 2 heures pour montrer la Lune, Jupiter et Saturne. Je dirais au total à environ 50 personnes, avec pas mal d'enfants et avec pas mal de touristes dans la région (allemands, néerlandais notamment).
Public fort varié et qui n'avait quasi jamais observé dans un télescopes.

On a passé un bon moment avec Christian et Raoul Lannoy, on n'a pas arrêté d'expliquer pendant ces deux heures sur le retour des balades contées. Jupiter et Saturne étaient visibles assez bas mais très sympa surtout pour les gens qui ne les avaient jamais vus. Au total 250 Visiteurs.

A remettre sans aucun doute l'année prochaine !
Emmanuel,
12:33:00 - ejehin - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 2 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


26 August 2021

Initiation à l'observation du ciel avec groupe de jeunes
Ce jeudi 26 août, nous avons rendez-vous au coucher du Soleil avec douze jeunes des JMC de Theux sur la piste de ski de Ovifat pour une initiation à l'observation du ciel nocturne et une sensibilisation au problème de la pollution lumineuse. Ceux-ci sont encadrés par l'absl la Besace de Liège. Le ciel est parfaitement dégagé, la vue est belle et nous avons commencé par observer Vénus et fait le tour des constellations avec repérage de la Polaire. Ensuite, initiation par Michel au principe de fonctionnement du télescope et observation des planètes Jupiter et Saturne, qui suscite toujours autant d'enthousiasme chez les enfants. La soirée se termine vers minuit après de nombreuses questions et avoir vu quelques étoiles filantes et de très nombreux satellites artificiels.

Emmanuel







12:50:00 - ejehin - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 2 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


13 August 2021

Nuit des étoiles à Botrange
Bonjour à tous.

Le Centre nature de Botrange a fait appel à nous pour animer la nuit des étoiles filantes qu’il organisait ce mercredi 11 août.

Vers 21 heures, Manu Jehin, Jean-Marc-Gillard (avec son LightBridge 400), Didier Volty (avec son Taurus 350 flambant neuf) et moi (avec mon Dob de voyage 250) nous sommes retrouvés sur place.



Nous avons été chaleureusement accueillis par le Directeur du centre et sa collaboratrice qui, tout au long de la soirée, ont veillé à ce que tout se passe bien et à ce que les animateurs soient correctement hydratés (j’ai oublié le nom de la bière mais elle était très bonne).



Le public était attendu à partir de 22 heures et il fut au rendez-vous !

Nombreux, curieux et enthousiastes, les visiteurs ont écouté les explications de Manu, se sont agglutinés autours des trois télescopes et ont posé une foultitude de questions.

Après presque deux mois de météo pourrie, le ciel s’est dégagé en fin d’après-midi et, malgré quelques passages nuageux, nous avons bénéficié d’une nuit claire et pu apprécier la qualité du site. Si les lumières du parking s’éteignent assez tôt, je pense que nous pourrions l’ajouter à la liste des spots astro de la région. Le Directeur s’en est rendu compte et nous a invité à prendre contact avec sa secrétaire si cela nous intéressait.

Je n’ai pas eu le réflexe de sortir le SQM que j’avais pris dans la voiture mais je pense que nous devions être aussi bon que le parking de l’eau noire à Sourbrodt … mais sans les camping-cars et avec un sol asphalté ! Cependant, il y a des arbres assez hauts qui masquent les objets bas sur l’horizon.



La lune s’est couchée trop tôt pour pouvoir être observée mais Saturne et Jupiter étaient au rendez-vous. Nous avons également pu montrer quelques grands classiques de l’été tels que Albiréo, Dumbell, l’amas d’Hercule, la galaxie d’Andromède, les voiles du cygne, etc.

Il y a eu plusieurs étoiles filantes, parfois spectaculaires, mais j’ai eu le sentiment que le public s’attendait à en voir davantage.

Les commentaires entendus au moment de repartir indiquaient cependant qu’il avait été conquis par ce qu’il avait découvert et, plusieurs personnes manifestaient l’intention de revenir l’année prochaine.

Je pense donc que cette première expérience fut très positive et mériterait d’être renouvelée.

Yves Piette
10:27:04 - Yves - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 6 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


12 July 2021

Chara et ses copines
Je suis en vacances une semaine en Suisse dans dans le Valais et, comme il se doit, j’ai pris dans mes bagages de quoi observer ce ciel « un peu plus près des étoiles ».

En attendant la fin du chantier « Dobson 350 » qui n’est pas terminé, j’ai décidé de voyager relativement léger avec le Dobson démontable type « Strock » 250.

J’ai donc installé mon petit matériel la nuit dernière sur le parking déserté de la piste de ski de « La forêt » situé à environ 2000 mètres d’altitude entre les villages de St Luc et Chandolin avec l’intention de me contenter de quelques galaxies du « Chien de chasse » à proximité de l’étoile « Chara » : NGC4485 dite « La galaxie du cocon », NGC4449 et M106.

null



A 22h, le matériel était installé mais j’ai attendu que le ciel soit suffisamment sombre, vers 23h, pour commencer mes observations.

null



NGC 4485 « le cocon » est une galaxie en interaction avec une plus petite galaxie, NGC 4485. Il s’agit de 2 galaxies spirales qui se déforment mutuellement par leurs attractions gravitationnelles.

Voici une photo (Wikipédia) et le dessin de ce qu’en ai perçu

null


null



Un peu plus au nord se trouve la galaxie irrégulière NGC 4449. Visuellement, elle apparaît comme un rectangle avec un cœur plus lumineux et avec les 2 petits côtés un peu plus larges et diffus.

A nouveau une photo (Wikipedia) et le dessin de ce j’ai perçu.

null


null



Enfin j’ai terminé mes dessins par un grand champ reprenant la galaxie M106 et la plus discrète NGC 4217.

Au dessus, une photo est de Hunter Wilson trouvée sur le net et en dessous, ce que j’en ai vu.

null


null



J’ai terminé ma soirée en observant divers objets que je n’ai pas dessiné : les amas globulaires M3 et M13, les galaxies M51 et M101, …



14:05:53 - Yves - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 5 - Evaluation : 9.60

Veuillez évaluer cet article :
10 


11 September 2020

Observation du conseil communal des enfants de Limbourg
Ce 11 septembre, nous avions rendez-vous sur les hauteurs de Dolhain Limbourg avec le conseil communal des enfants. Ils sont une vingtaine et ils sont intéressés à comprendre le problème de la pollution lumineuse bien visible depuis les hauteurs de Limbourg. La bourgmestre est également présente. Merci à Yves et Michel qui sont venus avec leur télescopes Dobson pour montrer Jupiter et Saturne. Quel succès pour les enfants ! Ils repartiront bien tard les yeux plein d'étoiles.
Emmanuel,











12:10:00 - ejehin - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 2 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


25 July 2020

Comète et aroles
Juillet 2020 – Chandolin (Valais Suisse)

Après une semaine passée dans le Quercy, Chantal et moi avons rejoint l’appartement de famille dans les alpes suisses à Chandolin.

Au cours de deux belles nuits, j’ai pu tester le site du « parking de la forêt » situé entre le village de Saint-Luc et celui de Chandolin à environ 1950 mètres d’altitude. J’y ai mesuré la noirceur du ciel et ai obtenu un SQM oscillant entre 21,3 et 21,4.

Un des animateurs de l’observatoire de Saint-Luc m’a dit que c’était la valeur qu’il mesurait aussi lorsqu’il y avait un peu d’humidité dans l’air mais que, les meilleures nuits, cela pouvait monter aux alentours de 21,7. Ce n’est quand même pas si mal si je me souviens qu’en Belgique, le meilleur score que nous ayons obtenu, avec Alexandre, était de 20,85 (près du signal de Botrange) ; que, dans la caldeira de Tenerife, j’avais obtenu 21,6 et que dans le haut atlas marocain (observatoire d’Ouikameiden nous avions mesuré 21,7 en novembre 2018).

Le parking est suffisamment large et bien orienté pour les observations. On dispose d’une grande ouverture vers le Sud-Est et le Nord-Ouest. Dans les autres directions, l’horizon est plus ou moins masqué par les sapins ou les montagnes mais on dispose toujours d’au moins 45° de ciel dégagé.

Les conifères de cette forêt sont principalement des mélèzes et des pins des alpes également appelés « Aroles ».

Il y a plus de quarante ans que je fréquente cette région. Je n’y avais jamais croisé le moindre moustique et pensais que ces nuisibles ne pouvaient vivre en altitude. Depuis environ trois ans, j’ai bien dû constater que c’était faux. Les moustiques ont envahi cette région et plus particulièrement cette clairière qui en est infestée dès la tombée de la nuit. En plus, ces « sales bêtes » sont arrivées à me piquer au travers des sous-vêtement minces qui couvraient mes bras.
Les deux nuits, j’ai monté le matériel vers 21 heures puis ai attendu que la nuit tombe, réfugié dans la voiture pour éviter les » horripilants suceurs de sang ».

Deux photos d'ambiance ...



Comète Neowyse C/2020 F3

Je ne pensais pas voir la comète depuis ce parking mais l’ouverture vers le Nord-Ouest permettait de bien l’observer comme en témoigne cette photo (médiocre) prise avec mon smartphone. On y voit la grande ourse (bien que l’étoile du bout de la casserole soit masquée par un petit nuage) et, un peu à droite, entre celle-ci et le sommet des sapins notre comète semblant vouloir plonger vers le bas.



Avec les 400 millimètres du télescope, l’image était somptueuse montrant un noyau éclatant entouré d’un halo verdâtre et d’une queue lumineuse à souhait sortant largement du champ (d’un degré) de mon plus faible grossissement.



J’ai fait plusieurs tentatives pour photographier la comète en afocale avec le smartphone mais n’ai obtenu qu’une traînée laiteuse verdâtre.

Station spatiale internationale

A plusieurs reprises, l’ISS a traversé la voûte céleste. J’avais activé les notifications de passage sur l’application « Skysafari » de mon smartphone et, prévenu de l’imminence de ses passages, j’ai essayé une fois de la suivre au télescope.

Malheureusement, elle était rapide et trop lumineuse, si j’ai bien perçu qu’elle n’était pas ponctuelle, je ne suis pas arrivé à distinguer le corps ou les panneaux solaires du vaisseau.

NGC 6781

Dans la constellation de l’aigle, se trouve une belle nébuleuse planétaire qui, malgré sa taille et sa belle forme annulaire n’a, à ma connaissance, pas de surnom.

Une nébuleuse planétaire, c’est une étoile en fin de vie qui éjecte son gaz dans des couronnes plus ou moins complexes. On y trouve donc une étoile centrale (visible si elle est encore suffisamment lumineuse) et une couronne souvent bien mise en évidence avec un filtre interférentiel (UHC ou OIII qui laisse passer la couleur de l’oxygène ionisé ainsi que, pour les UHC, celle de l’hydrogène ionisé).

La plupart des nébuleuses planétaires sont très petites, d’aspect quasi stellaire. Ce n’est pas le cas de NGC 6781 dont la taille fait environ 1 minute d’arc.

L’étoile centrale de NGC 6781 n’est pas observable avec mon télescope mais l’anneau, rouge sur les photos, est bien visible avec, en scrutant longtemps l’objet, une partie un peu plus lumineuse apparaissant sur ¾ de son périmètre.

Voici, en haut une photo Wikipedia et, en bas, le dessin que j’en ai fait avec un filtre OIII puis UHC.



NGC 6572

Tant qu’on est dans les nébuleuses planétaires, j’ai également observé NGC 6572, située dans le serpentaire et dont la couleur vive lui a valu le surnom de « l’émeraude ».

Cette nébuleuse est très petite mais sa couleur bleu vif (et non vert émeraude à mes yeux) permet de la repérer assez facilement. Il faut cependant grossir considérablement (400 x) pour déceler qu’elle est un peu allongée avec un centre légèrement plus lumineux et 2 bras en forme de « S » évoquant un peu la forme d’une galaxie spirale barrée.

Ci-dessous, une photo prise par le télescope Hubble et le dessin que j’ai fait.



NGC 7009

Pour terminer avec les nébuleuses planétaires observées ces deux soirées, voici NGC 7009 surnommée « nébuleuse Saturne » en raison de son aspect rappelant vaguement la planète aux anneaux à très fort grossissement.

Située dans la constellation du poisson, elle n’est pas très grande, environ ½ minute d’arc et il faut grossir fort pour en percevoir quelques détails en visuel. D’aspect un peu bleutée, elle comporte un anneau ovale légèrement plus lumineux que le reste. Personnellement, je n’ai vu ni l’étoile centrale, ni les extensions latérales en forme de petits jets partant aux extrémités de l’anneau central.

Voici une photo prise par le télescope Hubble et, en dessous, mon dessin.



NGC 4485

Passons maintenant à deux galaxies que j’ai essayé de détailler au cours de ces deux nuits.

La première est un couple de galaxies en interaction que les anglo-saxons surnomment « cocoon galaxy ».

La plus grosse des deux est une galaxie irrégulière plus ou moins vue de profil et une de ses extrémités est légèrement déformée par l’attraction gravitationnelle exercée par la plus petite.

Le couple est situé dans la constellation du chien de chasse et, visuellement, seules les parties les plus lumineuses sont perceptibles.
A nouveau, une photo glanée sur le net et mon dessin.



NGC 4565

Enfin, pour terminer, une galaxie très élégante. Elle se situe dans la constellation portant le nom poétique de « chevelure de Bérénice ». Vue de profil, elle est très fine ce qui lui vaut son surnom de « galaxie de l’aiguille ».

Elle est relativement lumineuse et très large puisqu’elle occupe pratiquement la moitié du champ d’un oculaire donnant 0,5 degrés. En réalité elle mesure environ 192.000 années lumières (soit à peu près le double de la taille de notre voie lactée) et se situe à une quarantaine de millions d’années lumières de nous.



Yves Piette
20:27:01 - Yves - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 7 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


Ciel cathare
Cette année, Chantal et moi avons réservé une chambre au « refuge aux étoiles » près de Saint Antonin Noble Val, un peu au sud des causses du Quercy, dans une zone préservée de pollution lumineuse entre Albi et Montauban.

Ce gite et chambres d’hôtes sont tenus par un amateur qui organise des soirées d’initiation à l’astronomie sur son matériel (entres-autres, un newton 400 sur monture à fourche) et qui m’a permis de placer mon Dobson 400 sur son terrain.

Le séjour fut d’autant plus agréable qu’un couple d’amis, passant leurs vacances à quelques kilomètres de là en compagnie de membres de leur famille établis dans la région, nous ont fait découvrir le pays et nous ont organisé plusieurs soirées où nous avons été accueillis comme si nous faisions aussi partie de cette famille.

Entre les invitations et le ciel parfois nuageux, j’ai eu deux nuits d’observation que j’ai poussées jusqu’à des heures compatibles avec des visites touristiques diurnes le lendemain.

La vedette de cette période était, sans conteste, la comète Neowyse 2020 qu’on voyait, à l’œil nu, depuis la terrasse où était servi le petit déjeuné mais qui n’était pas accessible depuis le terrain où était placé mon télescope.

J’ai consacré ces deux nuits à l’observation d’objets « classiques » que j’avais déjà observés et, pour certains, déjà dessinés les années précédentes mais que je voulais affiner.

Messier 51

On ne présente plus ce couple de galaxies surnommée la galaxie du tourbillon et située dans la constellation du chien de chasse à 27,5 millions d’années-lumière de nous. La plus grosse galaxie finira par absorber complètement la plus petite … mais ce n’est pas pour demain.

Voici, en haut, une photo extraite de Wikipédia qui montre bien les bras galactiques et les zones d’absorption et à droite le dessin que j’ai réalisé.

En visuel, avec un diamètre de 400 mm, les bras galactiques sont discernables mais on s’y perd facilement. J’ai perçu le bras de matière reliant les deux galaxies mais, manifestement, elle a été exagérée sur le dessin.

null



Messier 16

Plus près de nous, puisque situé dans notre galaxie, Messier 16 est une des vedettes de l’été. C’est un amas ouvert entouré d’une nébuleuse de gaz ionisé surnommée la nébuleuse de l’aigle en raison de sa forme rappelant vaguement un oiseau aux ailes déployées.

En son centre se situe une partie sombre immortalisée par une des plus célèbres photos du télescope spatial Hubble intitulée « les piliers de la création ».
Voici une photo Wikipédia de la nébuleuse (en haut) et des « piliers » (en bas).

J’ai entouré, en bleu, les piliers sur la photo du haut.

null



En visuel, sur le T400, un des challenges est d’essayer de discerner ces piliers.

Après de longues minutes d’observation, ils ont fini par apparaître, en vision indirecte sous forme d’une petite tache en forme de « L » entourant une des étoiles.



Messier 17

L’objet suivant est de même nature que le précédent.
Situé un peu plus bas que le précédent, dans la constellation du sagittaire, un des surnoms de cette nébuleuse est « le cygne » en raison de sa forme qui peut évoquer un cygne nageant dans l’espace.

Avec le T400, en visuel, on distingue très bien la forme de l’oiseau ainsi que la partie moins lumineuse qui l’entoure. En observant suffisamment longtemps (avec filtre UHC ou OIII), des nuances d’intensité apparaissent progressivement dans la partie principale.

Ici encore, en haut, une photo trouvée sur le net et en bas, mon dessin

null



M20

Encore plus bas, toujours dans le sagittaire, à proximité du bulbe central de notre galaxie, se situe le dernier objet de cette série de nébuleuses en émission. Surnommée la nébuleuse trifide, en raison de son aspect, trilobé, elle est plus petite que les deux précédentes.

L’aspect trilobé provient d’un nuage de poussières obscures qui la traverse. Son centre est occupé par une étoile triple. En visuel, on ne perçoit généralement que deux de ces étoiles.

Comme pour les 2 nébuleuses précédentes, un filtre OIII ou UHC aide bien à percevoir les détails.

null



NGC 6888

Le dernier objet de cette série est encore une nébuleuse en émission (gaz ionisé par une ou plusieurs étoiles), mais elle est d’une nature très différente car le nuage de gaz a été formé par une étoile de Wolf-Rayet. Il s’agit d’étoiles assez grosses (plusieurs dizaines de masses solaires) qui, au début de leur vie, expulsent une grande quantité de gaz sous forme de vents stellaires très rapides. Le nuage expulsé forme une espèce de bulle plus ou moins bien fermée autour de l’étoile qui lui a donné naissance.

Le surnom de NGC 6888 est « la nébuleuse du croissant » car, vue de notre planète, la bulle prend à peu près cette forme.

Visuellement, cette nébuleuse n’est pas facile à repérer car elle est assez pâle et se trouve en plein dans les myriades d’étoiles qui compose la voie lactée. Sans filtre OIII (ou UHC), il est presque impossible de la trouver.

null



Je passerai la semaine suivante de mes vacances dans les alpes suisses où j’aurais encore deux soirées d’observation … mais ce sera une autre histoire …

Yves Piette
14:41:44 - Yves - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 8 - Evaluation : 9.75

Veuillez évaluer cet article :
10 


16 July 2020

Interview sur RTL Info de E. Jehin: la comète Neowise
Levez les yeux tout ce mois de juillet: il vous faudrait 90 vies pour revoir la comète Neowise.



Source: RTL info du 13 juillet 2020
18:54:31 - Dominique - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 2 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


30 June 2020

Asteroid Day
Video de la soirée d'observation avec le télescope TRAPPIST-Nord au Maroc
https://www.facebook.com/Observatoire.Oukaimeden/videos/274052907164888/

Ce mardi 30 juin l'équipe TRAPPIST de l'Université de Liège et ses collègues de l'Observatoire de l'Oukaimeden au Maroc participent à la journée mondiale des astéroïdes.

Au programme (en visioconférence):

- 18h-19h Conférence par Patrick Michel
Observatoire de la côte d'Azur
"Exploration des astéroïdes: des retours d'échantillons à la défense planétaire"

- 19h-20h Conférence par Patrick Miller (en anglais)
International Asteroid Search Collaboration - IASC
"The Threat of Asteroids: How you can Make Discoveries?"

- 22h-24h Observations par Emmanuel Jehin et l'équipe TRAPPIST
STAR Institute, Université de Liège
Prises d'images en direct depuis l'Observatoire de l'Oukaimeden d'un astéroïde géocroiseur

Vous pouvez vous inscrire à cet évènement via le lien ci-dessous, et vous recevrez mardi matin par email les informations pour suivre les conférences et les observations en direct via un lien Zoom.

https://www.uliege.be/cms/c_11915234/fr/journee-mondiale-des-asteroides
https://asteroidday.org/

A bientôt,
Emmanuel Jehin
15:36:00 - Dominique - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 3 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


25 May 2020

Emission "Quel Temps!" de la RTBF du 12 mai
Extrait de l'émission Quel Temps! le moment du téléspectateur du 12 mai consacrée à l'astronomie à l'oeil nu, aux jumelles et des phénomènes à observer en mai ...



Source: https://www.rtbf.be/auvio/detail_quel-temps?id=2634246
18:01:31 - Dominique - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 4 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


02 May 2020

Séquence Starlink avec Emmanuel Jehin dans onpp
Séquence du 22 avril sur l'observation et problématique des satellites Starlink.



20:45:48 - Dominique - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 8 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


07 February 2020

Encelade pourrait abriter la vie RTBF 29/01/20
Interview JT RTBF 29/01/20

La mission de la sonde Cassini était d’explorer plus en profondeur les mystères du système saturnien. Bien qu’elle se soit terminée en 2017, les données collectées continuent à faire émerger de nouvelles découvertes. Dans un communiqué publié ce 3 octobre 2019, l’agence spatiale révèle la présence de composants organiques déterminants dans l’océan d’Encelade, une lune de Saturne.

Interview:
https://www.rtbf.be/auvio/detail_espace-encelade-pourrait-abriter-la-vie?id=2594343

Emmanuel Jehin - RTBF 29.01.2020


15:36:19 - ejehin - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 5 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


Interview TRAPPIST/SPECULOOS Yutube 29/01/20
L'astronomie sans modération
Les projets TRAPPIST et SPECULOOS et leurs découvertes

Interview de Emmanuel Jehin astronome à l'université de Liège par Guillaume Doyen

https://www.youtube.com/watch?v=sANJ_faVhHM&feature=youtu.be/



https://www.youtube.com/+GuillaumeDoyen
15:25:17 - ejehin - Catégorie : Vie du Club
-----------------------------------------------------------------


Total des votes : 3 - Evaluation : 10.00

Veuillez évaluer cet article :
10 


Page suivante : 1|2|3|4|5|6|7|8|9|10